Les deux déesses est une réécriture, sous forme de comédie musicale, du mythe antique de Déméter et Perséphone.

Déméter a quinze ans quand Zeus, son frère, la viole. Enceinte, elle s’enfuit de l’Olympe pour aller trouver une vie tranquille parmi les hommes. Elle y accouche de Perséphone et découvre son savoir-faire divin : rendre les terres fertiles. Une nuit, Perséphone est kidnappée par son oncle Hadès qui la conduit en enfer. Déméter cherche alors sa fille éperdument et ne s’occupe plus des récoltes. 

Pauline Sales transforme ce mythe en une grande fresque moderne et poétique, avec en son cœur la puissance de la relation mère-fille. Au plateau, comédiens et comédiennes sont portés par une musique envoûtante, mélange d’électro et d’acoustique, interprétée en direct. Un spectacle musical fort et émouvant ! 


INTERVIEW DE PAULINE SALES

Pouvez-vous nous parler de votre dernière création Les deux déesses, une relecture du mythe de Déméter et Perséphone ? 

J’ai redécouvert ce mythe grâce à la lecture d’un livre d’éco féminisme. En en parlant autour de moi, je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule à mal le connaître alors qu’il est foisonnant, particulièrement moderne, intemporel. 

Dans l’adaptation contemporaine et musicale que nous proposons, nous allons suivre Déméter depuis son adolescence à l’Olympe. Puis Perséphone devenue jeune fille sera enlevée par son oncle Hadès et conduite aux enfers. Viendra alors la quête de Déméter pour retrouver sa fille et le quotidien de Perséphone aux enfers, deux chemins initiatiques suivis en parallèle. Un grand mythe donc, qui nous parle d’écologie, d’abus, d’émancipation, de la force du désir, des cycles de la vie et qui développe une analyse forte du lien mère fille. Une équipe de huit comédien.nes, chanteur.euses, musicien.nes, pour incarner cette épopée d’une trentaine de personnages.


Quels liens entretenez-vous avec le théâtre Jacques Carat ?

J’ai la chance d’avoir une belle relation de complicité et de fidélité avec le Théâtre Jacques Carat et sa directrice Annette Varinot. Je garde un très grand souvenir d’un stage que j’ai mené avec les élèves du Conservatoire à rayonnement départemental du Grand-Orly Seine Bièvre à Cachan.


En un mot, pourquoi aller voir cette pièce ? 

Pour vivre une grande histoire d’amour, repartir en fredonnant des bribes de chansons, débattre avec ses proches ou des connaissances du soir à l’issue de la représentation.

Lire la suite
Jeudi 19 déc 20H30
Réserver !

SALLE MICHEL BOUQUET

DURÉE 2H | DÈS 14 ANS | TARIF B