évènement

Les Insoli(s)tes

— samedi 1er et dimanche 2 octobre

La saison 2022-2023 démarre avec un temps fort ! Les Insoli(s)tes met en lumière des compagnies émergentes développant une approche artistique autour du geste, du corps et du mouvement. Tout au long du week-end, découvrez quatre seuls en scène, quatre artistes qui vous feront voyager dans leurs univers singuliers, entre rire et émotion, théâtre et danse.

Samedi à 16h et dimanche à 15h

Les Ombres qui chantent

Compagnie Wendinmi Chorégraphie & interprétation Jérôme Kaboré

Le chorégraphe Jérôme Kaboré éveille les consciences par la danse. Inspiré par Thomas Sankara, Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, il s’interroge sur l’héritage des valeurs que ces grands hommes ont portées. En mêlant différentes danses – traditionnelle africaine, contemporaine, classique ou hip-hop – Jérôme Kaboré montre qu’il est possible de créer un nouveau langage pour parler d’une même voix.

 

Samedi à 18h et dimanche à 17h

Faut profiter (ben oui)

Compagnie 240 volts mise en scène : Zoé Lizot et Valérian Guillaume. Interprétation Zoé Lizot

Une femme se retranche dans son petit appartement. Elle consacre ses jours et ses
nuits à la construction inlassable de tours d’objets. Chacun de ces totems composés de meubles, de bibelots, d’outils et d’ustensiles s’érigent comme le symbole d’une existence solitaire et décousue. Faut profiter (ben oui), est une tentative joyeuse de faire tenir des choses debout dans un monde qui s’effondre.

 

Samedi à 20h

Lento e violento

Compagnie Calentina Vortese Texte & interprétation Valentina Cortese

Valentina Cortese réussit le tour de force de faire rire en parlant de solitude absolue, tant
elle joue de l’absurdité éloquente pour mieux parler du réel et de son double, mais aussi de l’errance, du subliminal, de la dérive, de l’illusion… Ni du cirque ni du théâtre, mais plutôt de la danse à tendance circassienne, de la magie nouvelle, du piano, une histoire en forme de poupées russes.

 

Dimanche à 19h

ElGed(j)i + Molo(kheya)

Compagnie Tenseï Chorégraphie & mise en scène Rafa el Smadja

Rafael Smadja, danseur-chorégraphe issu du hip-hop, convoque avec délicatesse celles et
ceux qui nous façonnent.  ElGed(j)i raconte le long voyage de Ruben, parti du Caire pour la France où il ne devait pas rester. C’est pourtant ici qu’il finira par se sentir chez lui. C’est l’histoire de l’Ancien, de ses idées, de ses émotions, de ses coups de gueule, de sa simplicité et de sa naïveté. Après Ruben, c’est son épouse Mary que l’on suit avec Molo(kheya). Maillon central d’une grande famille victime de la diaspora, elle fédère plusieurs générations autour de sa table. C’est au travers du rituel de préparation de la molokheya, une soupe égyptienne, que danse et récits se mêlent

Salle Claude Charasse et Michel Bouquet

Tarif unique : 5€

Réserver