théâtre

Ma mère m’a fait les poussières

Théâtrales Charles Dullin
Adaptation de Psaumes balbutiés, prix du meilleur livre étranger en 2013 d’Erwin Mortier
Mise en scène Philippe Awat

— Vendredi 9 décembre - 20h30

1 conteur, 3 spectacles pour aborder la folie…
En partenariat avec la Maison du Conte de Chevilly-Larue 

Un adieu vibrant à la mère

Alors que la maladie d’Alzheimer effeuille la parole de sa mère pour en faire du charabia où ne subsiste finalement que le silence, l’écrivain Erwin Mortier lui invente de nouveaux mots  « Elle se déparle, se délangue, se désouvient » manière pour lui de retenir les mots qui la fuient, de la maintenir encore du côté de ce qu’elle fut.
Alors que se défait sa mère, le metteur en scène Philippe Awat ne semble pas avoir d’autre choix pour faire front que de s’arrimer au langage imaginaire d’Erwin Mortier et d’en faire du théâtre.  Acteur et fils,  il fait surgir alors un portrait de mère moitié réel, moitié imaginaire. Un adieu vibrant à la mère.

 

Note de mise en scène

« C’est une traversée et une libération. Au début, le fils est empêché, à la fin du spectacle, il est libéré. L’acteur devient théâtral, drôle, hésitant, au présent, en doute, en recherche permanente, en quête de la mère et de ses souvenirs d’enfance. L’actrice génère des conflits, des débats, des dialogues, des dérapages, elle accompagne, écoute, interroge, elle est le lien avec le spectateur, elle le regarde tout comme lui. Elle est tous les personnages du récit, elle crée des situations, un rythme, un but, elle est le moteur. C’est un combat de boxe mais sans adversaire. » Philippe Awat

Foyer de Cachan

Plein tarif 20 €
Abonné 15 €
Réduit 10 €



Avec Pascale Oudot, Philippe Awat

Dramaturgie, regard extérieur, direction d’acteur Guillaume Barbot

Collaboration artistique Magali Pouget

 

Lumières Nicolas Faucheux

Son Victor Belin

 

Coproduction : Compagnie Du Feu Follet, Théâtre de Chelles. Avec le soutien du Festival Les Théâtrales Charles Dullin.