théâtre

Les Bacchantes

d’Euripide
Mise en scène et adaptation Sara Llorca

— Vendredi 15 mars à 20h30

Entre théâtre, danse et musique, une mise en scène qui explore la bestialité et la sauvagerie humaine.

 

Dionysos revient à Thèbes pour y imposer son culte orgiaque. Il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé, fille de Cadmos, fondateur de Thèbes. Les sœurs de Sémélé, ainsi que Penthée, désormais roi de Thèbes, refusent d’honorer Dionysos comme un Dieu. Revenu sous les traits d’un mortel, ce dernier cherche à se venger de Penthée et de tous ceux qui nient sa divinité : il jette un sort sur les femmes de la cité qu’il rend délirantes et les envoie dans la montagne pour se livrer à l’orgie. Ces femmes, ce sont les Bacchantes.

 

Comme il était d’usage à l’époque d’Euripide, trois acteurs seuls jouent tous les rôles. A côté d’eux, le chœur est formé de deux musiciens, basse et batterie, et d’une chanteuse. 

 

Une adaptation un rien rock’n’roll de l’ultime tragédie d’Euripide. Tous formidables aux côtés de Sarah Llorca, voix qui remue, qui percute, et puis, surtout, il y a Anne Alvaro, plus grande dame du théâtre que jamais. Un spectacle furieusement percutant.  La Croix

Salle Michel Bouquet

Durée 1h30 / à partir de 14 ans

Plein tarif : 20 € / Abonné : 15 € / Réduit : 12 €

Réserver

Avec : Anne Alvaro, Ulrich N’Toyo, Jocelyn Lagarrigue, Sara Llorca, Benoît Lugué, Martin Wangermée

d’après la traduction de Jean et Mayotte Bollack, adaptée par Sara Llorca / (avec Charlotte Farcet et Guillaume Clayssen)

Dramaturgie : Guillaume Clayssen

Assistante à la mise en scène : Lou Henry

Scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy

Lumière : Léo Thévenon

Costumes et Accessoires : Mariette Niquet-Rioux

Musique : Benoît Lugué et Martin Wangermée

Son : Axel Pfirrmann (Studio Sextan-La Fonderie)

Regard chorégraphique : Thierry Thieû Niang

Collaboration artistique chœurs  Kên Higelin

Accompagnement à la réécriture : Charlotte Farcet

Régie générale et plateau  Julie Roëls