théâtre

la convivialité

Compagnie Chantal & Bernadette
D’Arnaud Hoedt et Jérôme Piron

— samedi 16 janvier 20h30

la faute de l’orthographe

 

L’orthographe, véritable passion pour les uns ou chemin de croix pour les autres, semble en tout cas intouchable pour tous. Et pourtant, la liste de ses absurdités en tout genre est longue… Pourquoi les groseilles prennent un « s » quand elles sont en confiture, mais pas quand elles sont en gelée ? Pourquoi Molière orthographiait-il son Misanthrope sans « h » ? Pourquoi le son « S » peut s’écrire de 12 manières différentes ?

 

Jérôme Piron et Arnaud Hoedt sont deux anciens professeurs de français. Avec une mordante ironie, ils prennent le contre-pied d’un sujet trop souvent abandonné à une pensée élitiste ou académique.

 

En interrogeant le pourquoi des règles d’écriture et leur impact sur nos identités sociales, ce duo de choc désacralise l’orthographe qui devient alors une matière vivante, adaptable et conviviale.

 

 

Lu dans la presse :

 

« Que l’orthographe soit votre bête noire ou votre point fort, cette conférence-spectacle ne vous laissera pas indifférent. Erudit, drôle, bien mené, La Convivialité est un objet scénique atypique qui titille les méninges. » Le Monde

 

« Subtilement, avec la dose d’ironie et d’humour nécessaire pour parler d’orthographe sans bayer aux corneilles, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron nous font remettre en question nos préjugés lexicaux. Chapeau ! » Le Parisien

 

Bord plateau à l’issue de la représentation

Salle Michel Bouquet

Durée 55min.
Dès 14 ans

Plein tarif 20€
Tarif réduit 14€
Abonné 15€
Abonné réduit 12€

Réserver

Conception et écriture Arnaud Hoedt et Jérôme Piron. Jeu Philippe Couture, Arnaud Hoedt, Jérôme Piron, Antoni Severino (en alternance). Direction technique Charlotte Plissart. Régie Charlotte Plissart, Clément Papin, Aurélie Perret (en alternance). Co-mise en scène Dominique Bréda, Arnaud Pirault et Clément Thirion. Création vidéo Kévin Matagne. Conseiller technique Nicolas Callandt. Conseiller artistique Antoine Defoort. Assistanat à la mise en scène Anaïs Moray. Photo Véronique Vercheval